Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cases Donjon
  • Cases Donjon
  • : Depuis juin 2006, Niort en Bulles promeut la Bande Dessinée dans le Pays Niortais grâce à son club de lecture mensuel et par son rendez-vous annuel de juin : le Festival A2Bulles
  • Contact

Cases Donjon

Les moyens d'action de l'association sont notamment :

• des rencontres régulières permettant aux membres de découvrir er de faire découvrir les diverses formes de bande dessinée sans en privilégier aucune;
• la publication du journal en ligne, Cases-Donjon, servant de support de communication entre les membres et ouvert à tous;
• l'organisation de manifestations culturelles tels que rencontres avec des auteurs, séances de dédicaces, expositions d'oeuvres choisies;
• l'animation pédagogique dans un cadre scolaire ou non.
 

Visiteurs depuis
le 02/06/2006

Recherche

Adhésion à Neb

Contactez l'un des membres du bureau ou obtenez votre carte d'adhérent et votre bulletin d'inscription à la librairie l'hydragon, 15 rue des Cordeliers à Niort - Coût : 30 €

Archives

30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 10:22

La série W.E.S.T que nous propose Dargaud, fonctionne en diptyques. La sortie de ce troisième tome, baptisé El Santero, est donc l'occasion de découvrir une nouvelle aventure de la Weird Enforcement Special Team.

La première histoire se déroulait aux Etats-Unis en 1901, et c'est à Cuba que nous retrouvons les membres du W.E.S.T un an plus tard. Ils sont à nouveau missionnés par le président des Etats-Unis, qui est actuellement chahuté au sénat sur l'enlisement de la situation à Cuba. Sensés libérer les cubains du joug espagnol, les américains peinent à organiser des élections démocratiques. Après quatre ans de présence, les Etats-Unis se posent désormais la question d'une annexion de l'île, mais c'est sans compter les tentatives de soulèvement du peuple cubain. La situation est d'autant plus explosive que la foule est galvanisée par le mystérieux Islero, sorcier pratiquant la « santeria », et visant directement les intérêts des USA. Les soldats et les riches exploitants, donnés pour morts, se retrouvant à errer dans les rues terrorisant les « Yankis ». Cet Islero est bien évidemment la nouvelle cible du W.E.S.T.

Au scénario, nous retrouvons un Xavier Dorison qui maîtrise magistralement son sujet. Si lors de ses précédentes séries (et notamment le Troisième Testament) les lecteurs avaient pu être déstabilisés, voire agacés, par ses hésitations entre thèses scientifiques et mysticisme aujourd'hui il n'en est rien. L'intérêt du scénario limité à deux tomes de 54 planches, le contraint à l'efficacité et au pragmatisme. Il a désormais trouvé le parfait équilibre entre l'aventure policière et l'enquête scientifique saupoudrés de fantastique. De plus, l'histoire est ici plongée dans un cadre politico-historique qui en fait un album particulièrement dense et passionnant à lire. Le parallèle avec l'actualité ajoute une touche supplémentaire. Il est appréciable que Xavier Dorison prenne soin de nous épargner les clichés sur le vaudou et de maintenir le rythme et la tension du lecteur en l'agrémentant de fausses pistes. Seuls certains dialogues sont un peu frustrant pour le lecteur ne parlant pas l'espagnol. En ce qui concerne la mise en page, la dernière planche est un monument d'efficacité... celle qui à la fois vous torture les méninges et vous fait dire... encore...

Christian Rossi maîtrise également parfaitement le dessin et le ton de la série. Le trait est clair, classique, efficace. Le lecteur n'est jamais pris en défaut ou perdu suite à une approximation. Et c'est avec ravissement qu'il retrouve Morton Chapel, dont le faciès et l'attitude sont un subtile mélange de Clint Eastwood et de Jack Palance, et sa bande de mauvais garçons. Les couleurs, en phase de recherche lors du premier cycle, sont certes plus conventionnelles mais sonnent juste.

Scénario dense et solide, dessin clair et maîtrisé... non ce qui caractérise ce troisième tome c'est sa mise en page terriblement efficace. Le rythme est donné et le lecteur ne referme l'album qu'une fois la dernière planche dévorée avec avidité et le regret de n'en connaître plus.

Ce troisième album est incontestablement meilleur que le premier tome du cycle précédent, car il s'affranchit de sa lourdeur de mise en place. Donc le scénario se concentre immédiatement sur un récit particulièrement dense et une mise en page rythmée.

Oui c'est peu innovant, c'est même classique dans le paysage de la production actuelle. Mais c'est efficace, terriblement efficace, alors pourquoi bouder son plaisir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

agecanonix 30/09/2006 11:21

Belle chronique pour un album qui, s'il a remporté la selection de septembre, n'a cependant pas fait l'unanimité.