Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cases Donjon
  • Cases Donjon
  • : Depuis juin 2006, Niort en Bulles promeut la Bande Dessinée dans le Pays Niortais grâce à son club de lecture mensuel et par son rendez-vous annuel de juin : le Festival A2Bulles
  • Contact

Cases Donjon

Les moyens d'action de l'association sont notamment :

• des rencontres régulières permettant aux membres de découvrir er de faire découvrir les diverses formes de bande dessinée sans en privilégier aucune;
• la publication du journal en ligne, Cases-Donjon, servant de support de communication entre les membres et ouvert à tous;
• l'organisation de manifestations culturelles tels que rencontres avec des auteurs, séances de dédicaces, expositions d'oeuvres choisies;
• l'animation pédagogique dans un cadre scolaire ou non.
 

Visiteurs depuis
le 02/06/2006

Recherche

Adhésion à Neb

Contactez l'un des membres du bureau ou obtenez votre carte d'adhérent et votre bulletin d'inscription à la librairie l'hydragon, 15 rue des Cordeliers à Niort - Coût : 30 €

Archives

19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 23:06

Le palmarès de ce mois-ci fut particulièrement difficile à établir du fait de l’hétérogénéité de la sélection. Les avis furent contrastés, le débat riche et animé, afin d’aboutir à cette sélection :

Les coups de coeur du mois de Novembre 2006 :


Coup de cœur OR :
La Perdida est un roman graphique représentatif de la nouvelle vague américaine à l’image de ceux de Craig Thompson. La richesse de cet ouvrage vient de ses différents niveaux de lecture. L’héroïne, une américaine égoïste et égocentrique, la tête pleine de clichés, d’un irrespect total, va nous faire suivre sa descente progressive jusqu’au fond du trou. Cet ouvrage illustre les difficultés de l’intégration mais surtout la confrontation de deux univers politiques opposés, le Mexique et les Etats Unis, entre pauvreté et richesse. Le bémol, et également la force de cet album, c’est bien cette héroïne antipathique, qui énerve dès les premières pages, qui se ferment toutes les portes et qui creuse toujours un peu plus.

Coup de cœur ARGENT :
Les sous-sols du révolu est un album techniquement très abouti et un ouvrage didactique. Il est intelligent, voire intellectualisant, à l’ambiance froide et au scénario vain, marque de fabrique des œuvres de Marc-Antoine Matthieu. Ce dernier utilise les éléments qui ont fait son succès en multipliant les mises en abîme et les anagrammes. Cependant, nous sommes loin de l’originalité des aventures de Julius Corentin Acquefacques, avec notamment une utilisation trop commune du support. La technicité graphique et les prouesse d’écritures n’empêchent pas l’absence de fond, car ce qui explique la deuxième place des sous-sol du révolu… c’est qu’il n’y s’y passe pas grand chose.

Coup de cœur BRONZE :
Serge fait suite à Marie, deuxième tome de la série Magasin Général. Le travail à deux dessinateurs, Loisel et Tripp, est extrêmement intéressant et le rendu très riche. Peut être un peu trop car les crayonnés, très travaillés, manquent de vivacité graphique. La lutte pour la deuxième place avec les sous-sols du révolu c’est joué sur le fond. Le scénario est en effet très léger peut être trop. Certes, cet album donne faim mais l’histoire est très convenue et un parallèle a été fait avec le film « Le festin de Babette ». Les dialogues en québécois sont savoureux mais pour reprendre l’expression d’un membre du club de lecture : « Il s’agit d’une petite bluette sympathique au pays des neiges ».

Pour comprendre ce cinquième tome de Donjon Crépuscule, intitulé les nouveaux centurions, il est presque nécessaire d’avoir lu la série et de connaître l’univers puisque l’histoire est liée au précédent tome. L’histoire, centrée autour des dragonistes, reste l’un des meilleurs passages de la série. Mais cela reste léger, comme une confiserie acidulée : colorée et sucrée mais peu consistante. Cet album à le mérite d’être abordable et amusant… mais vu la densité des séries liées à l’univers, ce nouveau donjon n’arrive plus à surprendre.


Jinx de BM. Bendis a souffert d’un manque de lectorat mais pas uniquement. Certes, l’album de près de 400 pages nécessite un certain investissement de la part de ses lecteurs mais faudrait-il encore que ceux-ci le veuillent. Le graphisme est souvent approximatif et la structure laborieuse et complexe . Ainsi la lecture est rendue fastidieuse et pénible. Il y a bien sur des points positifs car les personnages sont riches et profonds et l’histoire prenante rappelant les polars de Quentin Tarantino… mais pour cela faut il encore prendre du plaisir à le lire.


La sélection pour les coups de cœur du mois de décembre se fera la semaine prochaine. Elle sera mise en ligne rapidement et à disposition en prêt à l'Hydragon dès sa parution.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Club de lecture
commenter cet article

commentaires

agecanonix 24/11/2006 18:05

Bien qu'absent du club, IDO promptement réalisé l'affiche. Chapeau!!!