Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cases Donjon
  • Cases Donjon
  • : Depuis juin 2006, Niort en Bulles promeut la Bande Dessinée dans le Pays Niortais grâce à son club de lecture mensuel et par son rendez-vous annuel de juin : le Festival A2Bulles
  • Contact

Cases Donjon

Les moyens d'action de l'association sont notamment :

• des rencontres régulières permettant aux membres de découvrir er de faire découvrir les diverses formes de bande dessinée sans en privilégier aucune;
• la publication du journal en ligne, Cases-Donjon, servant de support de communication entre les membres et ouvert à tous;
• l'organisation de manifestations culturelles tels que rencontres avec des auteurs, séances de dédicaces, expositions d'oeuvres choisies;
• l'animation pédagogique dans un cadre scolaire ou non.
 

Visiteurs depuis
le 02/06/2006

Recherche

Adhésion à Neb

Contactez l'un des membres du bureau ou obtenez votre carte d'adhérent et votre bulletin d'inscription à la librairie l'hydragon, 15 rue des Cordeliers à Niort - Coût : 30 €

Archives

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 14:39
Coup d'Coeur Or


La Vierge Froide et autres racontars,

de Gwen de Bonneval et d’Hervé Tanquerelle, adapté de l’œuvre de Jorn Riel.
Les participants de ce club lecture ont unanimement salué cette adaptation très réussie du livre de Jorn Riel et en ont fait leur coup de cœur d’or de ce mois-ci.
L’écrivain, conteur et ethnologue Jorn Riel a ramené de son périple en arctique des « racontars ». Des histoires d’hommes seuls, des baroudeurs sur une terre glacée où le soleil se fait aussi rare que la gente féminine. Derrière ces trappeurs bourrus et viriles, se dissimulent tendresse, pudeur et forcément un petit grain de folie. Ni réelles tranches de vie, ni récits légendaires tels sont les « racontars », toujours subtilement saupoudrés d’humour.
Le tour de force de Gwen de Bonneval est, tout en conservant la poésie du texte de Jorn Riel, d’avoir réussi à compresser le temps et les distances inhérents au récit originel. Même si le début très narratif est assez pesant, le temps de bien poser les personnages, les histoires s’enchaînent par la suite avec plus de fluidité. Les dialogues demeurent savoureux.
Le traitement graphique d’Hervé Tanquerelle est à la hauteur. L’alternance de trait rehaussé au lavis aide le lecteur à suivre les aventures de nos trappeurs. Et c’est là que le talent d’Hervé Tanquerelle s’exprime pleinement, certainement aidé par son projet « Pages Blanches ». Il a dessiné de vraies trognes qui donnent toute l’épaisseur et la crédibilité aux personnages. Des personnages bien campés, gros durs mais sensibles, tendres, chaleureux et humains.
Attendons désormais de voir le film... même si nous ne pourrons malheureusement pas y voir de Jean Gabin, Lino Ventura et autres Jean Yann à qui nous avons immédiatement pensé.

Coup d'Coeur Argent

Le Signe de la Lune,

d'Enrique Bonnet et José Luis Munuera
Le très bel album d’Enrique Bonnet et José Luis Munuera rate la première place de peu. Les qualités graphiques incontestables de ce conte merveilleux n’ont pas suffit à compenser quelques petites faiblesses de scénario.
Il s’agit de l’histoire de deux jeunes garçons, Brindille et Rufo, qui se disputent l’amour d’Artémis, une mystérieuse jeune fille fascinée par la lune. Cette rivalité va mener au drame et faire ressortir les vraies personnalités des protagonistes.
Les lecteurs ont été enthousiasmés par le visuel de l’album. Les qualificatifs « d’énorme » pour le traitement au lavis et de « monstrueux » pour le découpage ont été prononcés d’emblée. Le dessin fait immédiatement entrer le lecteur dans l’histoire. Certaines planches sont de pures merveilles. Le récit est fluide et la première partie est une véritable montée en puissance... qui, malheureusement, s’essouffle quelque peu sur la fin. Cette entrée en matière tonitruante graphiquement et scénaristiquement qui, malheureusement, ne tient pas ses promesses a rappelé l’écueil du deuxième tome de "Là où le regard ne porte pas" (dans la même collection). La faute certainement à un final inadapté, des personnages pas assez travaillé et des pistes non exploitées. Cependant, il reste indéniable que cet album mérite de trôner dans vos bibliothèques.
Coup d'Coeur Bronze


Criminal T4 Putain de nuit,

de Ed Brubaker et Sean phillips.
Médaille de bronze pour ce comics, qui, une fois n'est pas coutume, est abordable même pour les novices du genre!
Il s'agit avant tout d'un polar très noir au scénario surprenant jusqu'à la dernière case. Sans trop en dévoiler, on se trouve dans un univers à la Sin City où l'on suit l'histoire de Jacobs Kurts, auteur de comics, insomniaque et ancien faussaire qui a déjà beaucoup perdu dans sa vie. Il va croiser Iris, beauté fatale, et là tout va partir en vrille au cours de cette "putain de nuit".
Les lecteurs du club ont dans l'ensemble peu apprécié le graphisme "rétro" de Phillips et le fait que la couverture soit peu engageante. Mais au delà de ça, le scénario très solide les a embarqués avec néanmoins un petit manque de clarté sur la fin.
L'auteur, Ed Brubaker, devenu un maitre du genre, a déjà reçu une Eisner award pour cette série en 2007.

 

Marilyn,
de De Metter.

Avis très partagés pour ce nouvel album de De Metter.
1959, écrivain débutant, Norman Wells, qui vit surtout dans ses rêves, croise par hasard son idole Truman Capote dans un bar, en compagnie d’une actrice brune complètement saoule qui oublie un escarpin dans sa voiture. Rapportant la chaussure le lendemain, il découvre qu'en réalité c'est Marilyn Monroe ! Plein d'admiration, il l'emmène en balade au volant de sa voiture avant de lui faire le coup de la panne, perdu au fin fond d’une campagne sous la neige. Tous deux débarquent alors dans une maison lugubre et pas nette, où une petite fille aurait jadis disparue…
Le graphisme, toujours aussi magnifique, de De Metter a convaincu le club de lecture, seul le scénario l'a divisé.
Les uns le trouvant trop "téléphoné", sans réelle surprise et les autres divertissant et notant qu'il s'agit avant tout de l'histoire d'un fantasme : Marilyn !

 


 

Noir c’est Noir,
de Tim Lane

Parmi cette sélection, l’album de Tim Lane arrive bon dernier.
D’entrée l’ambiance est donnée et le lecteur se fait violence pour déchiffrer cette suite de nouvelles plus noires les unes que les autres. Certes, il y a de bonnes idées, comme ces personnages à découper en diorama amenant un certain cynisme sur ses anti-héros. Mais Tim Lane se contente souvent de noircir le papier par un graphisme chargé et inexpressif, une mise en page aléatoire et hachée, rebutant malheureusement toute tentative de lecture. Les histoires ne se croisent pas et il n’y pas de volonté de créer un univers. Le trait, rappelant celui de Charles Burns, n’en a malheureusement pas la simplicité et la fluidité. Les "plâtrées" de textes font perdre tout le dynamisme de la lecture et également l’intérêt du lecteur. Gageons que publié dans un périodique, ces nouvelles puissent avoir un intérêt, mais regroupées dans un recueil, elles sont justes imbuvables et rebutantes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article

commentaires