Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cases Donjon
  • Cases Donjon
  • : Depuis juin 2006, Niort en Bulles promeut la Bande Dessinée dans le Pays Niortais grâce à son club de lecture mensuel et par son rendez-vous annuel de juin : le Festival A2Bulles
  • Contact

Cases Donjon

Les moyens d'action de l'association sont notamment :

• des rencontres régulières permettant aux membres de découvrir er de faire découvrir les diverses formes de bande dessinée sans en privilégier aucune;
• la publication du journal en ligne, Cases-Donjon, servant de support de communication entre les membres et ouvert à tous;
• l'organisation de manifestations culturelles tels que rencontres avec des auteurs, séances de dédicaces, expositions d'oeuvres choisies;
• l'animation pédagogique dans un cadre scolaire ou non.
 

Visiteurs depuis
le 02/06/2006

Recherche

Adhésion à Neb

Contactez l'un des membres du bureau ou obtenez votre carte d'adhérent et votre bulletin d'inscription à la librairie l'hydragon, 15 rue des Cordeliers à Niort - Coût : 30 €

Archives

29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 17:42
Coup d'Coeur Or

14.11.01

LITTLE TULIP - BOUCQ & CHARYN

Un thriller noir, noir comme l'encre des tatouages.
« Ma vie a commencé et pris fin en 1947 dans une rue obscure de Moscou... »
Sur fond de polar dans l’Amérique des seventies, les auteurs nous emmènent voir les existences malheureuses des prisonniers des goulags sibériens des années 40/50. Très rarement traité dans la bande dessinées, faute de traces et d’expériences racontées par ces vies perdues, c’est en s’appuyant sur l’usage quasi chamanique des tatouages, que Charyn et Boucq nous saisissent et ne nous lâchent plus. Les dons du jeune Paul devenu Pavel, dessinateur apprenti puis virtuose des tatouages servent les maîtres des gangs locaux. Adultes, le petit Pavel redevient Paul, dessinateur aux dons incroyables pour reconnaître les meurtriers, au service de la police new-yorkaise. Mais est-il vraiment libéré de ses démons ?
Au grès d’allers et retours spatio-temporelles, c'est à coups de gifles que les auteurs nous font percevoir la noirceur de notre humanité. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Aller voir là où on ne va jamais, mais aller voir quand même. Dans la lumière chaude des corps, les tatouages s’animent et nous en montrent un peu plus sur cette humanité froide et perdue.
Pourtant, une lueur d’espoir apparaît, grâce notamment à l’immense talent des dessins, mais aussi du effets du coloriste Alexandre Boucq (le neveu du maître, en passe de devenir lui aussi un virtuose). Des couleurs de feux, chatoyantes, pour nous raconter la mort, glaciale dans les goulags. Le dessin est époustouflant de vérité, ou le moindre détail fracture la  vue et le cœur des lecteurs. François Boucq démontre une fois de plus qu'il est l’un des meilleurs dessinateurs de l'histoire de la bande dessinée. La finesse de ses traits n’a d’équivalent que la noirceur des propos de l’excellent scénariste Jérôme Charyn qui nous offre ici une épopée terrible et triste, comme seul son grand talent sait le faire.
Certains auront difficilement accepté la fin de ce one shot, jugée parfois trop courte, ou trop prévisible. Mais il est probable qu’elle est finalement salvatrice. On a besoin de cette fin, un peu légère mais tellement poétique, pour essayer de sortir indemne de cette lecture intense... Difficile c’est vrai, on en redemande tant la bête est belle.
Magnifique, un des meilleurs albums de cette décennie, et qui aura remportait haut la main la victoire lors de notre dernier club de lecture. Avant de remporter probablement de nombreux autres prix…
Coup d'Coeur 
Argent
14.11.02

FILS DU SOLEIL - NURY & HENNINOT

Adaptation libre de deux nouvelles de Jack London, Fils du Soleil et Les Perles de Parlay. David Grief est un entrepreneur français très riche, peut-être l’homme le plus riche des mers du Pacifique. C’est un homme d’affaire honnête mais impitoyable, qui n’hésite pas à mettre sa vie en jeu pour réclamer une dette impayée. Une mystérieuse vente de perles amène Grief et son équipage à faire route vers l’île de Hikihoho, où vit en reclus le vieux Parlay… Adaptation non libre du résumé de Dargaud 001
Ce qu’en on en pensé les membres du club : Que ce n’est pas un « périple sauvage et fiévreux » comme annoncé par l’éditeur, mais une suite d’évènements qui réussit au héros. Le personnage central n’est pas assez charismatique, il manque d’intensité, pour lui tout semble normal. C’est une bd récréative qui a reçu l’aval du club avec sa seconde place, avec une aventure bien racontée mais qui ne tient pas la comparaison par rapport à l’adaptation du Loup des mers. Le début est promoteur, le déroulement se fait bien mais la fin n’en est pas vraiment une. L’album aurait pu être délayé sur 2 ou 3 tomes afin de mieux approfondir les personnages et donner ainsi la profondeur attendue.
Les dessins sont classiques - « une leçon de dessins façon années 80 » - qui nous rappelle les bd de notre jeunesse.
Un dernier petit bémol sur le prix 19,99 €, un peu élevé.
Coup d'Coeur Bronze

14.11.04 

DE CAPE ET DE CROCS T11- MASBOU & AYROLES

Cet ouvrage vous contera les aventures
d'un si mignon lapin à la fière allure
dans un Paris seizième où fraient fringants nobliaux,
vils faquins, bêtes de foires et vaillants escrocs.
De cet Eusèbe, car c'est bien lui, nous suivrons
péripéties, quête de gloire, désillusions.
Celui qui fut douze tomes durant fidèle ami
d'un loup en cape et d'un renard, bien lui en pris,
livrera-t-il enfin son étrange mystère
dans ce pré-quel vingt ans après sa grande première ?

Pour ce club se distinguèrent assez clairement
ceux ayant lu les dix premiers assidûment
des autres, jeunes ou moins jeunes, mais ignorants
des joutes passées de Don Lopé et Armand.
Certains jugèrent cette BD avec indulgence,
heureux de suivre Eusèbe pour cette dernière danse.
Les autres, dubitatifs et peu séduits
n'y trouvèrent qu'un relatif ennui
et qu'il en soit du dessin comme de l'histoire,
cela ne marquera sans doute pas leur mémoire.
Quoiqu'il en soit, on s'accorda ensemble à dire
que si la légende d'Eusèbe va enfin se lire,
on reste un peu pour ce tome-ci dessous d'un cran
du magistral qu'on pu goûter dans ceux d'avant.

Ce que les membres du club ont aimé :
* retrouver Eusèbe pour connaître enfin le fin mot de l'histoire,
* ce style qui caractérise toute la série (personnages, ambiance, écriture),
Ce que les membres du club ont moins aimé :
* que ce soit un tome 11, difficile à apprécier sans connaître les précédents,
* un scénario un peu en deçà de ce qu'on a pu goûter dans la reste de la série,
* pour certains la couleur.
Dans le même style :
* le roman de Renart,
* Cyrano de Bergerac, Les 3 Mousquetaires, ce genre de trucs d'époques.

  14.11.03

LES CROCODILES - THOMAS MATHIEU

Comme le nom du blog duquel il s’est inspiré, il s’agit d’un « projet ». Celui d’un homme, Thomas Mathieu, qui a souhaité retranscrire en dessins des situations de femmes victimes de harcèlement de rue, de machisme ou de sexisme. Pour réussir, il adopte un parti pris pour le moins osé, les femmes sont traitées en noir et blanc de façon réaliste, tandis que les hommes (tous les hommes) sont représentés par des crocodiles verts (un vert acidulé et criard). Un titre qui aura suscité de nombreux débats et qui est loin d’avoir fait l’unanimité au sein du club de lecteurs. Avec ses partisan(e)s et ses détracteurs.
Concernant le dessin, il est jugé par certains inintéressant voire mauvais et pour d’autres, efficace au service de l’ambition initiale, à savoir retranscrire des témoignages collectés sur un blog. Quant au choix du sujet et de la mise en scène des situations. Certains (en majorité des hommes) ont jugé cette succession de faits, caricaturale, ne pouvant être considérée comme une généralité et très éloignée de la promesse de couverture : « lutte contre le sexisme ordinaire ». D’autres (en majorité des femmes) ont salué le fait de permettre aux victimes de faire entendre leur voix.
Ce qui a peut-être fait un minimum consensus ce sont les pages de fin, une sorte de guide la contre-attaque face à différents cas d’agressions. Il est vrai qu’une des clés pour apprécier cet ouvrage est certainement de bien comprendre l’objectif de l’auteur, pour ne pas uniquement y voir un procès à charge de la gent masculine. A offrir à des convaincu(e)s et aux autres pour lancer le débat !
En guise de conclusion comme un clin d’œil à nos échanges entre lecteurs : "Hommes" sensibles s’abstenir...
 

Partager cet article

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article

commentaires