Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cases Donjon
  • Cases Donjon
  • : Depuis juin 2006, Niort en Bulles promeut la Bande Dessinée dans le Pays Niortais grâce à son club de lecture mensuel et par son rendez-vous annuel de juin : le Festival A2Bulles
  • Contact

Cases Donjon

Les moyens d'action de l'association sont notamment :

• des rencontres régulières permettant aux membres de découvrir er de faire découvrir les diverses formes de bande dessinée sans en privilégier aucune;
• la publication du journal en ligne, Cases-Donjon, servant de support de communication entre les membres et ouvert à tous;
• l'organisation de manifestations culturelles tels que rencontres avec des auteurs, séances de dédicaces, expositions d'oeuvres choisies;
• l'animation pédagogique dans un cadre scolaire ou non.
 

Visiteurs depuis
le 02/06/2006

Recherche

Adhésion à Neb

Contactez l'un des membres du bureau ou obtenez votre carte d'adhérent et votre bulletin d'inscription à la librairie l'hydragon, 15 rue des Cordeliers à Niort - Coût : 30 €

Archives

18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 16:45





Café Dream
Hiramatsu OSAMU & Hanagata REI
DokiDoki
D
de Ayroles, Maïorana et Leprévost
Delcourt
Parce que
le paradis n'existe pas

de
Marie et Vanders,
Grand Angle
The red Monkey
de John Wesley Harding
l'Association
Secrets
de
Duvivier, Greiner, Giroud
Dupuis

Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 15:50

      Pour la deuxième fois, Zaza montre le bout de son nez (et quel nez !).
La première fois, c'était en 2007, dans le journal La Nouvelle République dimanche, à la page des jeux, pour une douzaine de mini bandes dessinées.
    Aujourd'hui, ce sont vingt-six historiettes acidulées qui sont présentées du 2 au 27 février à l'office de tourisme de Melle.
Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Evénement
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 14:06


Coup de cœur d'or :


 « je mourrai pas gibier » d' Alfred :

Je mourrai pas gibier est l'histoire d'un carnage. D'un drame rural. Du massacre d'un village par un adolescent devenu fou. Pourtant, derrière la violence du propos, Alfred parvient habilement à glisser dans son récit une puissante critique sociale, stigmatisant le carcan oppressant des petits villages arc-boutés sur des principes séculaires, qui broient lentement mais sûrement la personnalité de ses habitants. L'adaptation du roman de Guillaume Guéraud est parfaitement réussie. Comment peut-on, un jour, prendre le fusil de son père et faire justice soi même ? Alfred tente de s'insinuer dans l'esprit d'un adolescent révolté par l'injustice de sa famille toujours partant pour faire le mal. Le dessin âpre, fiévreux, convulsif, aborde la violence avec une grande intelligence. Alfred démontre une nouvelle fois que son art ne craint pas de s'attaquer à des sujets dérangeants, déroutants, inhabituels, sans jamais sombrer dans le voyeurisme ou la violence gratuite. Album percutant.


Coup de cœur d'argent :


"Marilyn la dingue" de Rébéna:

Adapté par Jerome Charyn lui-même de son roman publié dans la Série Noire des éditions Gallimard en 1974, cet album dessiné par Frédéric Rébéna inaugure l'adaptation en bande dessinée de la tétralogie Isaac, remarquable saga qui se déroule dans le New York très agité des années 70.

Isaac le Pur, ainsi appelé par ses ennemis de la pègre et ses soi-disant amis de la police, était un flic coriace, effrayant et cynique. Tendre à sa manière, pour le gang de gamins qui dévalisait les épiceries, pour les filles de ses vieux potes devenues putains. Tendre aussi pour Zyeux-Bleus, son adjoint, qui n'avait qu'un seul tort : il s'envoyait éperdument la fille la plus dingue de tout New York, Marilyn. Or Marilyn était justement la fille d'Isaac. Ce qui amena certaines complications. Cependant, la bande dessinée n'apporte pas d'interprétation originale de l'auteur, elle reste illustratrice du roman.


Coup de cœur de bronze :


« Toto l'ornithorynque » de Yoann et Eric Omond

Coup de coeur bronze pour ce magnifique album jeunesse parfaitement adapté pour les apprentis lecteurs et où l'on admirera les très beaux dessin de Yoann.
Toto mène une vie paisible avec ses amis au coeur de la forêt australienne jusqu'au jour où une bande de dingos les attaque. Etant plus bêtes que méchants ils échouent lamentablement face à Toto. Mais n'acceptant pas la défaite ils décident de faire appel au plus redoutable prédateur : le lion marsupial !




« La Rebouteuse » de Lambour et Springer :

Olivier revient après cinq ans d'absence dans son village natal pour enterrer son père. Il y retrouve une ambiance pesante et malsaine causée par le départ de Mamé la rebouteuse de St Simon. Son absence va faire resurgir un secret de famille peu reluisant et mettre à jour les craintes des villageois : Mamé est-elle vraiment une guérisseuse ou plutôt une empoisonneuse?
Même avec un postulat de départ intéressant l'histoire n'aboutit pas et laisse le lecteur sur sa fin. Quand au graphisme de Springer, qui bien moins inspiré que pour les funérailles de Luce, n'est pas avantagé par une mise en couleur que l'on attendait pas.


 


« Mâle de mer »  de Sorel et Villemin :

L'histoire imaginée par Laetitia Villemin est bien déroutante : nourri de fort peu de dialogues, l'album est essentiellement constitué d'un long narratif traité en cartouches, adoptant souvent un ton littéraire un peu trop ampoulé pour un récit d'une grand simplicité.

Trop vite orpheline, Ephémère perd prématurément sa mère, avant de voir, à son tour, disparaître son marin pêcheur de père, homme taiseux resté inconsolé par la perte de sa compagne. Puis vient la rencontre avec un bel étranger, qui finira par ne laisser à Ephémère que des regrets et le plus beau des cadeaux : son fils... Créateur inspiré, Guillaume Sorel, tel un démiurge au graphisme infatigable nous déçoit pour le dernier album de sa vie...

Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 18:17

Président
ANGOULEME
2010


Blutch


FAUVE D'OR : 
PRIX DU
MEILLEUR
ALBUM

Pinocchio
de Winshluss
Les Requins Marteaux
ESSENTIEL
PATRIMOINE

Opération Mort
de Shigeru Mizuki
Cornélius

ESSENTIEL
REVELATION

Le Goût du chlore
de Bastien Vivès
Casterman

ESSENTIEL
D'ANGOULEME



 

Lulu femme nue
de Étienne Davodeau
Futuropolis

Martha Jane
Cannary

de Blanchin
et Perrissin
Futuropolis

Le Petit
Christian

de Blutch
L’Association

Spirou et Fantasio,
Le Journal
d’un ingénu

de Émile Bravo
Dupuis

Tamara Drewe
de Posy Simmonds
Denoël Graphic

ESSENTIEL
FNAC SNCF

Mon gras et moi
de Gally
Diantre

ESSENTIEL
JEUNESSE

Le Petit Prince
de Joann Sfar
Gallimard

Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Evénement
commenter cet article
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 11:42
clique sur le visuel pour voir la vidéo
(information provenant du blog de Philippe ORY - http://loloindi.blogspot.com )
Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Evénement
commenter cet article
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 22:48
Le prochain club de lecture est fixé pour le vendredi 6 février 2009 à 19h au grand café.
Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 21:17





Je mourrai
pas gibier

d'ALFRED
Delcourt
La rebouteuse
de Benoit SPRINGER et Severine LAMBOUR
Vent d'Ouest
Male de mer
de
Laetitia VILLEMIN et Guillaume SOREL,
Casterman - Ecritures
Marilyn
la dingue

de Jerome CHARYN et REBENA
Denoël graphic
Toto l'ornithorynque
de
Yoann
Delcourt

Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 19:03

Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 20:07

Coup de cœur d'or :



"The autobiography of a mitroll" de Guillaume Bouzard

Dans cette nouvelle autobiographie, Guillaume Bouzard dévoile un pan douloureux de sa vie. Appelé au chevet de sa mère mourante, il apprend un lourd secret familial : son père, qu'il n'a jamais connu, serait un troll... Après un scepticisme bien compréhensible, il doit se rendre à l'évidence... non, sa mère n'avait pas perdu la tête ! Débute, dès lors, une véritable quête sur les routes de Bretagne en compagnie de Flopi, son fidèle compagnon à quatre pattes.

Bouzard s'aventure dans une histoire longue cette fois ci et l'on retrouve la qualité de ses bandes dessinées dans ce mélange réussi d'humour Fluide Glacial et d'ironie sur son propre personnage et sur la bande dessinée.



Coup de cœur d'argent :


« loin d'être parfait » d'Adrian Tomine

Ben Tanka, en l'occurrence, est un trentenaire désenchanté d'origine japonaise, insatisfait de son couple, vaguement misanthrope et en perpétuelle situation d'insécurité sexuelle. Sa relation sentimentale avec Miko Hayashi se désagrège un peu plus chaque jour, notamment depuis que cette dernière s'est trouvée une conscience politique et que lui en reste totalement dépourvu. L'épure du dessin, d'inspiration comix, poussé ici à son paroxysme, nettoyé de ces multiples effets graphiques, concourt à focaliser l'attention sur le vide de cette figure centrale.

C'est une histoire qui parle de filiation et d'immigration, d'incommunicabilité et d'espoir, de prédiction et d'amour. Loin d'être parfait, le nouveau livre de Tomine tranche en effet, à plein d'égards, avec les précédents épisodes d'Optic nerve (revue que Tomine produit depuis ses débuts en accumulant les nouvelles sur le thème du mal-être). Bien que publié en son sein, ce nouvel opus se place en porte-à-faux en inaugurant le récit long, en assujettissant pour la première fois la complexité psychologique des protagonistes à des problématiques sociologiques qui les dépassent. Le scénario nous plonge dans l'ambiance cinématographique de Jim Jarmush, Eric Rohmer, Wim Wenders et dans les livres de Raymond Carver et Salinger.


Coup de cœur de bronze :


« l'heure la plus sombre » d'Emmanuel Moynot


C'est l'histoire de deux personnes qui vont se croiser par hasard, au détour des aléas  
de leurs vies respectives. Ils vont nouer un temps une relation tout aussi éphémère que leur
rencontre. C'est le récit assez sombre de deux écorchés de la vie.

Emmanuel Moynot nous incite à entrer dans la vie de ses personnages, dans cette passade amoureuse et mystérieuse.  
Moynot a beaucoup travaillé l'ambiance colorée, le tout dans des tons chaud en couleur directe. L'adéquation d'une mise en page très fluide et des couleurs en fait un album vraiment séduisant et très réaliste.

L'heure la plus sombre vient toujours avant l'aube n'est pas un polar. Juste le récit, juste et implacable, du malheur quotidien, que traverse un temps le vain espoir d'un amour salvateur.
Lui est chauffeur routier. Une femme, des gosses. Elle, serveuse dans un restoroute. Seule, un fils en prison.




« Aristide broie du noir » de Séverine Gaulthier :


Le petit Aristide a dix ans. Et même si son cerveau est grand, la peur du noir provoque chez lui des insomnies. Car les ombres, menaçantes, se cachent partout, jusque sous son lit. Comment trouver le sommeil, quand la survie exige une constante veille ?
L'intégralité de cette belle bande dessinée est écrite en alexandrins, ce qui renforce son air de conte tout en lui donnant un certain cachet. Les mots coulent et s'enchaînent, portant le lecteur presque malgré lui d'un bout à l'autre de l'aventure dans une lecture partagée (d'un côté le texte, de l'autre l'image).

Et quelle splendeur côté graphisme ! Les larges cases autorisent le jeune dessinateur à mettre en valeur les décors, dont chaque recoin renferme les ombres tant craintes par le petit Aristide. Le noir est bien entendu omniprésent, mais la couleur n'est pas en reste. L'auteur travaille la lumière, la décline sous différentes couleurs : vert, jaune, orange.

Bien sûr, le premier public visé est celui des enfants. Mais Aristide sait parler au gamin qui sommeille à peine en chacun et qui, comme lui, cherche à tout prix à rester en éveil.
Déjà remarquée avec son album Mon arbre, la scénariste Séverine Gauthier confirme son talent de conteuse et son aptitude à choisir des dessinateurs de talent pour l'accompagner.





« trinity blood » de Kiyo, Kyujyo, Sunao Yoshida :

Avant toute chose, restituons Trinity blood dans son contexte. Trinity blood est l'adaptation en manga d'un roman de Sumao Yoshida.

Dans Trinity blood, nous suivons les pas de Abel knight road, un prêtre assez étrange, secondé par Tres, un autre prêtre aux allures de robot. Ces deux énergumènes appartiennent à l'Ax, une division du vatican chargée de remplir diverses missions et de lutter contre les Methuselah, des vampires apparus lors d'un sombre évènement appelé Armageddon.

« trinity blood » est destiné aux avertis du manga gothique. La segmentation des cases, l'illisibilité des bulles et la confusion dans les personnages rend la lecture difficile et peu agréable.

Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 12:49
Suivez les infos sur le site BD des Foyers Ruraux!
pour voir le flyer en grand, cliquez sur le visuel ci-dessous
Repost 0
Published by Niort en bulles - dans Evénement
commenter cet article