Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Cases Donjon
  • Cases Donjon
  • : Depuis juin 2006, Niort en Bulles promeut la Bande Dessinée dans le Pays Niortais grâce à son club de lecture mensuel et par son rendez-vous annuel de juin : le Festival A2Bulles
  • Contact

Cases Donjon

Les moyens d'action de l'association sont notamment :

• des rencontres régulières permettant aux membres de découvrir er de faire découvrir les diverses formes de bande dessinée sans en privilégier aucune;
• la publication du journal en ligne, Cases-Donjon, servant de support de communication entre les membres et ouvert à tous;
• l'organisation de manifestations culturelles tels que rencontres avec des auteurs, séances de dédicaces, expositions d'oeuvres choisies;
• l'animation pédagogique dans un cadre scolaire ou non.
 

Visiteurs depuis
le 02/06/2006

Recherche

Adhésion à Neb

Contactez l'un des membres du bureau ou obtenez votre carte d'adhérent et votre bulletin d'inscription à la librairie l'hydragon, 15 rue des Cordeliers à Niort - Coût : 30 €

Archives

18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 15:38
Coup d'Coeur Or

14.10.02

LA PASSION DE DODIN BOUFFANT - BURNIAT

Au milieu du XIXème, Dodin-Bouffant, bourgeois de province, est un fin gourmet à la réputation bien établie. Sa table est ouverte chaque jeudi mais ses jugements laissent peu de place à l’approximation et seuls 3 autres notables du coin sont admis dans ce cénacle. Le jour où Eugénie, sa cuisinière attitrée et talentueuse, décède brutalement, il est désespéré. La recherche de la perle rare est compliquée même si les candidates sont nombreuses. C’est par hasard qu’il trouve Adèle, simple paysanne aux qualités insoupçonnées. L’invitation en forme de défi que lui lance un aristocrate féru de gastronomie rapprochera le gourmet et sa cuisinière dans une relation qui ira plus loin que la simple gastronomie. Cet ouvrage met en appétit, c’est le moins qu’on puisse dire. Il est adapté d’un roman des années 20 qui célèbre une certaine idée de la cuisine. Si les membres du club reconnaissent que ce n’est plus la cuisine que l’on mange aujourd’hui, une cuisine riche et roborative dont les plats compliqués s’enchaînent dans des repas gargantuesques, ils sont plutôt séduits par l’ambiance du récit. Certains évoquent le manga « Le gourmet solitaire » de Jiro Taniguchi pour l’immersion dans un tourbillon des sens. Et effectivement, la lecture de cette BD donne l’impression qu’on sent les effluves des plats qui cuisent, on entend grésiller les poêles, on admire les présentations dans les plats, et surtout on goûte ces plats improbables de la cuisine bourgeoise de cette époque. Même si certains peuvent regretter la petite histoire à l’eau de rose entre le gourmet et sa cuisinière, l’histoire est pleine d’humour, entrainante. Les petites digressions déclenchées sur les protagonistes par des mets particulièrement succulents donnent un ton un peu décalé, moderne. Le tout est servi par un dessin original, inspiré des caricatures de l’époque (les crayonnées de fin d’ouvrage font irrésistiblement penser à Daumier). Les couleurs et certains détails de mouvement font également penser à certains détails de Quai d’Orsay.
En fin de compte, est-ce l’heure propice de l’apéritif ou l’appel culturel de la nourriture sur un groupe de français, en tout cas cette BD rafle les votes pour terminer à la première place du classement (classique ou revisité).
Coup d'Coeur 
Argent
14.10.01

MOI ASSASSIN - ALTARRIBA & KEKO

Enrique Rodríguez Ramírez est professeur d’Histoire de l’Art à l’université du Pays Basque. A 53 ans, cet universitaire dirige un groupe de recherche sur « la douleur et le supplice dans la peinture occidentale ». Il est au zénith de sa carrière .Mais sa vraie passion, dans laquelle il s'investit à plein, est plus radicale : l'assassinat considéré comme un des Beaux-Arts.

Un polar original, dont l’utilisation dans le dessin du noir et blanc teinté parfois de rouge a plu à beaucoup, certaines planches sont magnifiques, mais pour d’autres c’est du déjà-vu. Certains auraient souhaité  davantage de clair-obscur. 
Le scénario est haletant avec une intrigue à la foi pesante et prenante,  cela se lit d’une traite. La voix off est particulièrement efficace. La description de la violence dans l’art est intéressante.
C’est très bien décris par exemple, les gens qui parlent de chose éminemment pointu et ça jargonne on s’y croit. Le contexte politique jalonne utilement le récit. Il y a des messages qui passent, sur le théâtre par exemple. Le personnage surtout a été l’objet de débat, il en est devenu vivant. "Il est difficile d’avoir de l’empathie avec lui,  on ne peut pas  l’admirer mais il ne laisse pas indifférent. Il se  crée une thèse au niveau de son art qui n’intéresse que lui et il en devient ennuyeux. Ce qui peut déranger, c’est que l’on ne comprend pas le mécanisme qui le pousse à tuer. Il cherche une caution «  l’art » mais on n’y croit pas. En fait il se fait manipuler c’est un prétentieux. L’auteur a priori défend l’idée d’une pulsion animale qui est en chacun de nous".
Assassin  génial ou névrosé minable, à vous de vous faire votre propre opinion
En conclusion, pour beaucoup c’est un excellent roman policier original et savoureux qui se lit d’une traite, médaille d’argent de notre palmarès.

Coup d'Coeur Bronze

14.10.03 

LE SOLDAT - OLIVIER JOUVRAY & EFA

Librement inspiré du du roman de guerre américain (entré dans les classiques) La conquête du Courage de Stephan Crane.
Henry et son copain Wilson vivent au rythme des champs dans les États-Unis de la guerre de Sécession. Et pourquoi ne pas s'engager dans l'armée Yankee ? Par patriotisme ? Par défiance ? Au risque (?) de manquer les moissons ? Pour devenir un homme ?
Intégré dans une unité de volontaires, le jeune Henry expérimente l'angoisse, la peur du combat, la crainte de ne pas être un homme, un combattant.  Baladés de position en campement par un état-major déboussolé, les jeunes soldats craignent l'engagement ou pour certains le magnifient mais peu à peu les poitrines se dégonflent. Arrive le premier assaut...
La peur du combat fait elle de vous un pleutre ? L'horreur de la guerre est elle un passage nécessaire pour devenir un homme ?  Récit universel sur l'engagement du soldat, le récit de Jouvray nous plonge dans la petite histoire de la guerre civile américaine, thème accaparé par les Tuniques Bleues de Raoul Cauvin. Oubliant le ton humoristique et décalé de la série à succès, le Soldat est sobre, consensuel mais efficace et pédagogique.
Le dessin réaliste de l’espagnol Efa est soigné malgré certains traits quelque peu maladroits (yeux des personnages). Les couleurs aquarelles, douces et réalistes sont en décalage avec la dureté du récit et les habitudes des récits de guerres. Décalage qui a perturbé plus d'un lecteur.

  14.10.05

VELVET - BRUBAKER & EPTING

Velvet Templeton, Secrétaire du directeur de l'Arc-7, une agence d'espionnage remontant à la deuxième guerre mondiale, se met à enquêter sur le meurtre d'un de ses anciens amants : le plus grand agent secret du monde. Piégée avant même de s'en rendre compte, la belle devra se battre pour survivre et découvrir la vérité. Heureusement pour elle, son passé de super-espionne lui a laissé de quoi se défendre.
Les ellipses, les flashbacks et le côté rétro du récit ne font pas de Velvet le comics préféré du club. Malgré tout, sa narration à la James Bond des années 80 a su faire plaisir, tout comme le personnage principal féminin (Aka « quand Miss Moneypenny sort de son bureau pour casser la gueule aux vilains »). Le dessin de Steve Epting, réaliste et soigné, ne transcende pas et rappelle trop les derniers comics lus dans le club.
Pour conclure, Brubaker nous livre ici un récit d’espionnage en demi-teinte, loin du niveau de ses  précédentes productions (Gotham central, Criminal, Captain America…) mais agréable à lire.
  14.10.04

WONDERBALL - DUVAL, PECAU & WILSON

Août 1983, un flic expérimenté, l’inspecteur Spadaccini, enquête sur un mystérieux carnage : 9 morts en 9 secondes... L’expérience et l’observation de Spadaccini, surnommé Wonderball par ses collègues, en raison des boules de chocolat qu’il ingurgite à longueur de journée, lui donnent l’intuition qu’il s’agit d’un unique tireur, particulièrement efficace. L’arme utilisée est la même que celle de Lee Harvey Oswald en 1964 : l'assassin de JF Kennedy. Wonderball est persuadé que ce nouveau tireur a agi sous l’influence de drogues expérimentales, qu’il a été le cobaye d’expériences interdites. Spadaccini enquête dans les milieux toxicos de la ville, suivi de très près par un autre tueur, dirigé par une mystérieuse organisation. Une série B très efficace selon certains membres du club mais Spadaccini ne s'inspire-t-il pas trop du célèbre inspecteur Harry Callahan ? Sera-t-il à la hauteur du célèbre Dirty Harry ? La suite le dira. Des lecteurs se sont laissé embarquer par les prémices de l'intrigue et son atmosphère même si le scénario est assez prévisible. Le parallèle avec les débuts de la série XIII a même été évoqué.
Le manque d'originalité est un reproche pour d'autres lecteurs comme le dessin très 8O's qui colle pourtant à la période historique du récit et au graphisme BD de cette époque. Quelques lecteurs ont aussi reproché un dessin un peu négligé, comportant quelques erreurs alors que d'autres ont fait remarquer que la représentation de Spadaccini restait la même, y compris dans des flashs back qui évoquaient quelques anecdotes de sa jeunesse.
Une BD série B bien formatée - couverture et teaser accrocheurs - qui se lit facilement et assez rapidement : il ne faut pas lui en demander plus ! Face à la concurrence des 4 autres albums du club, elle a assez bien résisté même si elle se classe dernière.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 15:42

 

14.10.01.jpg
14.10.02.jpg
14.10.03.jpg
14.10.04.jpg
14.10.05.jpg

Moi Assassin
de Altarriba & Keko
Denoël Graphic

La passion de

Dodin-Bouffant
deMatthieu Burniat
Dargaud

Le soldat

de Efa & Jouvray
D Le Lombard

Wonderball 

De Duval, Pécau & Wilson

Delcourt

Velvet

de Brubaker & Epting
Delcourt




















Tous les albums sont gracieusement prêtés
à tous les membres de l'association par la librairie l'Hydragon
Venez débattre avec nous de la sélection le Vendredi 7 novembre 2014 à 19h, au Sorento.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 17:17

 

2014.09.01.jpg
2014.09.02.jpg
2014.09.03.jpg
2014.09.04.jpg
2014.09.05.jpg

Fatale
de Cabanes & Manchette
Dupuis

Solo
de Oscar MArtin
Delcourt

Les royaumes du Nord

de Oubrerie & Melchior
Gallimard

Vermines 

De Gerce & Pichelin

Requins Marteaux

Kazé no Shô

de Taniguchi
Panini




















Tous les albums sont gracieusement prêtés
à tous les membres de l'association par la librairie l'Hydragon
Venez débattre avec nous de la sélection le Vendredi 10 octobre 2014 à 19h, au Sorento.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 15:27
Coup d'Coeur Or

14.05.02

L'ARABE DU FUTUR -  RIAD SATTOUF

Né d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf grandit d’abord à Tripoli, en Libye, où son père vient d’être nommé professeur. En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n’aide pas…), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n’a qu’une idée en tête : que son fils Riad aille à l’école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.
Malgré les critiques de quelques-un(e)s (une mère totalement soumise et "inexistante", un père à la limite de la caricature, la crédibilité que l'on peut accorder aux souvenirs d'un enfant qui a entre 0 & 6 ans lors des faits), cet ouvrage a été largement plébiscité lors de ce club. Ce récit autobiographique est l'occasion de montrer le culte du panarabisme et la perception de la politique menée par deux dictateurs (Kadhafi & d’Hafez al-Assad) du Moyen-Orient, à cette époque. Comme à son habitude, Riad Sattouf n'y va pas par quatre chemin et n'hésite pas à user d'une certaine violence pour illustrer son propos.
Coup d'Coeur 
Argent
14.05.01

AMER RUSSIE - DUCOUDRAY & ANIOR

Amère Russie, c'est avant tout l'histoire d'une mère. Son fils, militaire russe, est partie combattre au front en Tchétchénie. Un jour, elle lit le nom de Volodia (son fils) sur une liste de prisonnier russe aux mains des tchétchène. Au même instant, Bassaïev, un général tchétchène, annonce qu'il relâchera les soldat prisonnier si seulement leur mère viennent les chercher. Dès lors, on va suivre le périple de cette Ekaterina et de son chien Miliy parti vers Grozny.
Aurelien Ducoudray nous dépeint le lourd sujet qu'est la guerre de Tchétchénie, avec la même habileté qu'un film d'Emir Kusturica, en mêlant la lourdeur du propos avec une dose d'humour et d'absurdité. Le dessin d'Anlor, léger, renforce cette sensation d'absurdité. Certain nous diront tout de même que la dédramatisation d'un des conflits les plus dégueulasse des année 90 n'est peut être pas ce qu'il y a de mieux à faire. On passe néanmoins un moment agréable et informatif tout de même (c'est pas la guerre la plus médiatisée...)

Coup d'Coeur Bronze

14.05.04 

MATCH - GREGORY PANACCIONE

Un match de tennis. D'un côté, Rod Jones, physique à la Pete Sampras, affûté pour gagner. En face, Marcel Coste, Depardieu fait tennisman, avec un équipement et un niveau plus qu'incertains. Comment ces deux s'en sont retrouvés à s'opposer, là n'est pas le propos. C'est le duel haletant pour la victoire qui nous est ici retracé avec tout ce qu'il faut de sueur, de hargne et de produits dopants…
280 pages muettes en noir & blanc sur un match de tennis égrené point par point : un tel synopsis peut faire fuir plus d'un lecteur. Grégory Panaccione construit pourtant sur cette trame un récit surprenamment drôle et saugrenu. Il parvient à nous faire suivre ce match improbable et à la promesse ennuyeuse en misant sur l'incongruité et quelques bons gags, ainsi que sur un dessin très dynamique avec lequel, à défaut de tourner la tête de gauche à droite, on suit littéralement la balle de case en case. Le pari est donc réussi pour cette BD qui, si elle en ennuiera certains, constitue une œuvre pour le moins atypique.
Ce que les membres du club ont aimé :
* l'originalité et l'absurde de la situation mise en scène,
* la retranscription très réussie de l'effort et du mouvement.
Ce que les membres du club ont moins aimé :
* la répétitivité (comme dans un match de tennis).
Dans le même style :
* suivre un match de tennis à la TV,
* La linea d'Osvaldo Cavandoli.

  14.05.03

ALMA - CLAIRE BRAUD


 

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 13:08

 

14.05.01.jpg
14.05.02.jpg
14.05.03.jpg
14.05.04.jpg
14.05.05.jpg

Amère Russie
de Ducoudray & Anlor
Grand Angle

L'arabe du futur
de Riad Sattouf
Allary

Alma

de Claire Braud
Association

Match 
Grégory Panaccione

Delcourt

Dimension W

de Yuji Iwahara
Kioon




















Tous les albums sont gracieusement prêtés
à tous les membres de l'association par la librairie l'Hydragon
Venez débattre avec nous de la sélection le Vendredi 4 juillet 2014 à 19h, à L'Entr'Acte.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 15:10
Coup d'Coeur Or

14.04.01

CHOC -  MALTAITE & COLMAN

En 1938, Fernand Dineur créé les personnages Tif et Tondu dans le journal de Spirou.
Will reprend par le dessin la série dés 1949.  En 1954, Maurice Rosy se pose au scenario et fait naître un méchant qui marquera l'histoire : Monsieur Choc, ennemi publique numéro 1, chef de l'organisation mafieuse « la main blanche ». De lui, on ne connaît rien, pas même son visage, toujours masqué.
Quatorze ans après la mort de Will, son fils  Eric Maltaite nous dessine l'histoire de ce terrible personnage. Semi-réaliste, son trait classique est maîtrisé, les ambiances sont parfaites.
Le scenario de Stéphan Colman est diablement efficace. La redécouverte d'un lieu fort de son enfance plonge Monsieur Choc dans des flash-blacks passionnants. La misère, les injustices, la violence servent de terreau à sa propre haine…
Accessible sans connaître la série Tif et Tondu, cet album attire par sa couverture réussie. Si le dessin rappelle les albums jeunesse, la noirceur du scenario, sa violence, son rythme, classent l’œuvre au rayon adulte. Les lecteurs ont appréciés la profondeur du récit, l'empathie générée par les flashbacks et à l'inverse, le dégoût provoqué par les actes du mystérieux masqué.
Il est des albums qui arrivent en tête des classements sans surprise, naturellement...
Coup d'Coeur 
Argent
14.04.03

ROUGE KARMA - EDDY SIMON & GOMONT

Enceinte jusqu’au cou, Adelaïde arrive à Calcutta avec une seule obsession : retrouver son mari parti depuis plusieurs mois et dont elle est sans nouvelle.
Aidé par un chauffeur de taxi fort sympathique, ils mèneront l’enquête jusqu’au bout sur un chemin parsemé d’embuches, et de corruption.
L’album a reçu un bon accueil par l’ensemble des membres
Les plus :
-la mise en couleur fait bien ressortir l’atmosphère moite et suffocante que doit être la ville de Calcutta.
-une histoire sans temps mort
Les moins :
- le scénario fonctionne mais reste sans surprise. Le lecteur reste quand même pris jusqu’au bout de l’enquête.
C’est une lecture agréable, mais pas inoubliable.

Coup d'Coeur Bronze

14.04.04 

SUPER CROOKS - MILLAR & YU

Les supers pouvoirs ne donnent pas toujours vie facile pour Johnny Bolt et ses acolytes : chaque tentative pour les utiliser à des fins malveillantes est sévèrement puni pas quelques super héros du bon côté de la loi. Pourtant, ils caressent tous le rêve simple de couler une vie paisible sous des montagnes d'argent. Un dernier coup en Europe, là où les super gentils ne leur mettront pas les battons dans les roues et après on se range : c'est ce que leur promet Johnny. Mais quand la cible n'est autre que le bâtard, le plus grand et cruel super vilain de tous les temps, le plan se doit d'être parfait. Un Ocean's Eleven (ou Twelve ou Thirteen selon où vous en êtes rendu) à la sauce super héros, ou plutôt super vilains. Cela s'est avéré pour certains fort peu inspiré et inspirant tant il faut reconnaître que ce scénario de hold-up emprunte ardemment à chacune de ses 2 sources d'inspirations. Pour autant, il faut reconnaître que l'ensemble est bien construit et on se laisse prendre et même surprendre, avec le même plaisir qu'on peut justement trouver devant un film de super héros ou celui de Soderbergh. L'histoire inventive profite pleinement du mariage habile d'un plan alambiqué caractéristique des films de casse et de l'utilisation des super-pouvoirs. Le tout se consomme rapidement, presque trop, d'autant plus que la fin est assez jubilatoire. Mark Millar signe donc ici un agréable divertissement au scénario élégant, honorablement servi par un dessin clair et dynamique dans la tendance actuelle.
Ce que les membres du club ont aimé :
* une histoire de casse inventive,
* le mélange des genres,
* l'humour à la Soderbergh.
Ce que les membres du club ont moins aimé :
* une certaine impression de déjà vu.
Dans le même style :
* Les Ocean's de Soderbergh.

  14.04.02

SPYGAMES - MORVAN & KIN JUNG GI

Chaque année, quelquepart dans le monde, des groupes d'espions de différents pays se retrouvent et s'affrontent pour la détention de secrets fournis par les états participants. Cette année à Hong Kong, il semblerait que certains participants surnuméraires vont venir ajouter leur grain de sable, et, le flic local, sorte de Bruce Lee, va tenter de mener l'enquête sur ces troubles évènements.
Le club de lecture a été partagé au sujet de cet ouvrage, comme en atteste sa quatrième place (non loin de Super Crooks). En effet, si certain ont bien aimé le dessin et le scénario, simpliste, mais efficace, la comparaison avec le Super Crooks lui a été défavorable, car il essaie de rester dans un domaine du vraisemblable qui n'est pas crédible, là où les super pouvoirs du comics le font basculer dans le domaine de l'invraisemblable ou il se complait...
Il faudra tout de même voir l'évolution de cette histoire dans les tomes futurs, ce premier tome étant en effet uniquement la mise en place de l'intrigue qui va prendre plusieurs livres à se terminer.
  14.04.05

LES MAITRES - GO9MAATTACK.NO.6 & LEE JI-WOO

Bon, disons le nous, c'est pas le Manga (le Manhwa !) qui a fait l'unanimité sur ce club, enfin, pas dans le bon sens...
L'histoire est plutôt original (pour ceux qui l'ont entraperçue) :
Au sein d'un quartier d'une ville de Corée cinq vieux maîtres règnent chacun sur leurs discipline (la pêche, le jeu vidéo de combat ou encore la confection de gâteau...)...jusqu'au jours ou l'un deux est assassiné...Les quatre restant se voient alors obligés d’enquêter sur la mort de leur compagnon. Atypique , c'est bien le maître mot de cet ouvrage. Un dessin magnifique mais un décryptage graphique compliquée. Une histoire (qui n'a rien à envier au dessin), complexe et décalée voire inexistante pour certain (ou la plupart).
Entre polar et seinen déjanté, c'est une œuvre qui s'adresse à un public très restreint, d'otaku, capable de comprendre et de rire aux références les plus pointues ou bien, à un lecteur amateur de bizarrerie...

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 14:32

 

14.04.01
14.04.02
14.04.03
 

14.04.04


14.04.05
 

Choc
de Maltaite & Colman
Dupuis

Spy Games
de Morvan & Kim Jung Gi
Glénat

Rouge Karma

de Simon & Gomont
Sarbacane

Super Crooks 
Millar & Yu

Panini

Les maîtres

de Go9maAttack.No.6 & Lee Ji-Woo
Cambourakis




















Tous les albums sont gracieusement prêtés
à tous les membres de l'association par la librairie l'Hydragon
Venez débattre avec nous de la sélection le Vendredi 6 juin 2014 à 19h, à L'Entr'Acte.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:56

 

14.03.01.png
14.03.02.png
14.03.03.png
 

14.03.04.png


14.03.05.png
 

Moby Dick
de Jouvray & Alary
Noctambule

Le Horla
de Guillaume Sorel
Rue de Sèvres 

Les mains obscures de l'oubli

de Cava & Segui
Dargaud

Paci
De Perriot & Merlet

Dargaud

La fantaisie des dieux

de Hippolyte et Saint-Exupéry
Les arènes




















Tous les albums sont gracieusement prêtés
à tous les membres de l'association par la librairie l'Hydragon
Venez débattre avec nous de la sélection le Vendredi 2 mai 2014 à 19h, à L'Entr'Acte.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 13:05

 

2014.02.01.png
2014.02.02.png
2014.02.03.png
 

2014.02.04.png


2014.02.05.png 

La Mondaine
de Zidrou & Lafebre
Dargaud

Moderne Olympia
de Catherine Meurisse
Futuropolis

Le Muret

de Fraipont & Bailly
Casterman 

Tabula Rasa
De Pierre MAurel

Gallimard

Punk Rock et Mobile Homes

de Derf Backderf
Ca et là




















Tous les albums sont gracieusement prêtés
à tous les membres de l'association par la librairie l'Hydragon
Venez débattre avec nous de la sélection le Vendredi 28 mars 2014 à 19h, à L'Entr'Acte.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 13:26
Coup d'Coeur Or

14.01.01

  DOCTEUR RADAR -  BEZIAN & SIMSOLO

Docteur Radar tueur de Savants nous plonge dans une histoire à la Fantomas dans les années d'après 1ère guerre mondiale. Cette plongée se fait d'autant plus faciliment que l'intrigue est balisée, avec des héros bien caractérisés et des méchants bien... méchants, le tout dans une faune "apache" des plus glauque avec attitudes tranchées et surnoms à l'avenant. Même si on sent bien la volonté de faire évoluer les personnages  à partir d'un "background" cohérent, on regrettera seulement, et justement, le manque d'audace de l'histoire qui peine à sortir des sentiers battus. Peut-être un côté plus noir aurait pu donner au scénario le petit plus qui l'aurait sorti du lot. Malgré tout, l'album nous tient par la main pour nous emmener au bout de son chemin.
Mais c'est sans doute plus la virtuosité de Bézian qui y contribue. L'extraordinaire dessin tout en mouvement nous entraine dans son tourbillon jusqu'à la fin et nous laisse enfin, extenués, nous disant "ouf, quel artiste". Cela a aussi ses inconvénients comme devoir se concentrer pour reconnaître les protagonistes. Ces tout petits défauts oubliés, on reste pantois devant le travail sur les couleurs, une pseudo monochromie admirable de simplicité apparente et qui pourtant rend les ambiances encore plus profondes. Et surtout on est happé par le dessin en mouvement, tellement cinématographique pour s'attend presque à ce que les cases bougent ou que les personnages en sortent.
En conclusion, le club le classe sur la première marche du podium en le considérant comme un des meilleurs albums 2013 graphiquement avec une petite faiblesse scénaristique.
Coup d'Coeur 
Argent
14.01.03

MAX WINSON - JEREMIE MOREAU

Avec son visage angélique et sa coupe de cheveux en forme d’étoile (symbole omniprésent dans l’ensemble des planches), Max est LE joueur de tennis incontournable, connu à l’échelle mondiale et dont les matchs suscitent les passions les plus folles. Lui qui n’a jamais perdu un match depuis…
Le monde tourne autour de lui et de ses victoires perpétuelles. Elevé par un entraîneur de père totalement fou et tyrannique, la bulle dans laquelle vit Max éclate.
Attendu depuis le singe de Hartlepool, Jeremy Moreau parvient à maintenir le cap. Et malgré son jeune âge il fait preuve d’une maturité certaine dans sa manière de voir les choses.
Ce 1er tome pourrait se suffire à lui même, mais on attend quand même avec impatience la suite. En effet, la chute laisse planer des interrogations bien relayées au sein de notre club car deux interprétations sont apparues. Et que va-t-il aborder dans ce second tome ?

Coup d'Coeur Bronze

14.01.02 

LUNE L'ENVERS - BLUTCH

Lantz est auteur de bande dessinée. Plus précisément il est l'auteur du succès planétaire : « le nouveau nouveau testament ».
Pressé d'écrire la suite par sa maison d'édition Media Mondia, notre artiste est miné par une panne d'inspiration qui lui vaut d'être débarqué de sa propre série. Ne lui restent que ses frustrations ... Lui le génie du 9e art, lui le pivot central de l'économie moderne, lui l'amant magnifique ne serait-il qu'un pleutre ?
Attention « Lune l'envers » est un album dense, complexe. Si le graphisme a fait l'unanimité au sein du club de lecture, le fond a été sujet à discussion.
BD d'anticipation, ce one-shot décrit dans un monde proche, un brin déluré, une industrie culturelle cynique et  productiviste (Blutch aurait-il des comptes à régler ?) et aborde la thématique du temps qui passe et de son acceptation.
Ardu dans l'approche et la lecture (gestion de la temporalité) cet album est trop complexe pour beaucoup mais aussi riche et intéressant pour les autres. Original et captivant, il se place à la troisième place de la sélection

  14.01.04

BEFORE WATCHMEN - DARWYN COOKE

En 176 planches, le 1er volume de la série Before Watchmen (sur 8 volumes parus), est en fait la compilation des épisodes 1 à 6 de la série US Minutemen. Dans ce préquel à la série phare Watchmen (Alan Moore et Dave Gibbons), Darwyn Cooke à la fois au scénario et au dessin se propose de révéler les secrets les plus scabreux des justiciers rétro que sont le Comédien, le Hibou, le Spectre Soyeux, Capitaine Métropolis, le Juge Masqué, l'Homme Insecte, la Silhouette et Bill Dollar. Ceux-ci sont en fait des citoyens ordinaires qui se sont costumés et réunis en une organisation, les Minutemen, avec une réussite finalement toute mesurée...
Pour le membres du club de lecture, Watchmen est présenté comme une série de référence, conseillée à tous ceux qui n'auraient pas encore plongé dans l'univers sombre et pré apocalyptique d'Alan Moore. Il y avait donc un risque à produire des préquel à cette série, risque finalement plutôt bien géré puisque les 6 épisodes sont agréables à lire et que les personnages sont assez fouillés. Il existe cependant quelques longueurs, et l'univers particulier des comics avec héros déguisés n'étant pas du goût de tous font que cet ouvrage reste au pied du podium de la sélection.
  14.01.05

EUREKA - HITOSHI IWAAKI 


Dans les années 90, le mangaka Hitoshi Iwaaki s’est fait connaître grâce au seinen « Parasite ». Il revient sur le devant de la scène en 2002 avec Eurêka !, un one-shot historique qui lui permet de s’essayer à ce style de récit. Il poursuit donc dans cette voie avec une nouvelle série historique basée sur la vie d’Alexandre le grand. Cette dernière est actuellement en cours de diffusion au japon (8 vol.) et fut saluée par le prix culturel Osamu Tezuka en 2012.
« Eurêka ! » relate le siège de Syracuse effectué par les Romains durant la deuxième Guerre punique, de 213 à 212 avant JC. Le récit est vu par un jeune spartiate, qui se retrouve l’élève d’Archimède durant le siège. Si les évènements sont fidèles à l’histoire notamment la stratégie de Marcus Claudius Marcellus et la fin d’Archimède, le mangaka se donne plus de liberté avec les personnages secondaires et les fameuse inventions du génie.
Le point fort de ce manga est sa facilité de lecture. Il est aisé de suivre les pérégrinations du jeune élève, ce qui apporte naturellement touche pédagogique au récit sans tomber dans le didactique. D’ailleurs, bien que terminant dernier de ce club lecture, « Eurêka ! » a animé les débats sur la véracité de tel ou tel point historique. Il aura eu le mérite de susciter la curiosité des lecteurs. Si la fin d’Archimède n’a pas prêté à discussion, l’utilisation des miroirs déjà plus. Bien que l’anecdote soit documentée, elle n’était techniquement pas réalisable (surtout à l’époque). Mais il est vrai qu’utiliser ce stratagème pour agrémenter le récit est tentant (et déjà utilisé dans La chute de Brek Zarith). Quant à l’authenticité du strabisme d’Hannibal… la question reste en suspend.
Coté faiblesses, le dessin est peu fouillé et surtout très statique, rendant ainsi les batailles peu réalistes. Là où il y aurait du y avoir fougue et panache, on se retrouve avec une armée de playmobils dégommée par des billes. A cela, s’ajoute un coté gore assez curieux et malvenu dans un ouvrage plutôt pédagogique. Les visages des romains sont parfois curieux et ont tendance à tous se ressembler. Au final, c’est bien mais ça pourrait être mieux… Dans le genre historique, mais certes moins pédagogique, les lecteurs ont évoqué la série Vinland Saga, graphiquement plus aboutie et qui est surtout dotée d’un souffle épique qui porte le récit.

Repost 0
Published by NIORT'en Bulles - dans Club de lecture
commenter cet article